8/10

Bonne année du Dragon !

2012 approche, pour vous préparer à cette année du Dragon (vous ne pensiez pas que j'allais parler d'apocalypse ?), FIlosofia nous propose de nous entraîner avec ce jeu sympathique permettant d'incarner un prince chinois qui fera face aux péripéties de l'année qui s'écoule.

Dans le calendrier chinois, l'Année du Dragon est en 2012. Chez Filosofia, c'est un jeu aux accents évidemment forts asiatiques. Vous allez incarner un prince chinois qui doit faire face aux différents évènements qui traversent le pays. Guerre, famine, festivités, tout y passe ! Seul le plus réactif saura trouver la prospérité.

Soyez prêts pour la fête

Dans la boîte de jeu de l'Année du Dragon, on prend possession de cartes personnages (onze par joueur) correctement illustrées, sobres mais efficaces, des pièces palais en carton, de pièces de monnaie (Yuan d'or et d'argent) et des tonnes de tuiles : personnages, évènements, etc. Puis des dragons en carton qui permettent aux joueurs de se placer sur les choix de personnage.


Vue du plateau de jeu.

L'empereur ordonne qu'on lui paye les impôts

Dans l'Année du Dragon, il faut en permanence anticiper les tours suivants. A la manière d'Un Monde sans fin dont je vous ai parlé sur Krinein il y a un bout de temps maintenant, vous savez à l'avance à quel moment vous allez devoir payer vos impôts. Mais pas uniquement eux.
La partie se déroule en douze tours, tours représentant les mois d'une année. Chaque tour se décompose en quatre phases.
L'action : il faut placer son pion sur une des sept cartes actions qui représentent les impôts (on récupère des sous là, à la différence de l'évènement), l'armée, la construction, le privilège, les études, la récolte et le feu d'artifice. Le premier à se placer est celui qui est le plus avancé sur le tableau des actions.
Le personnage : on défausse une des onze cartes personnages que l'on possède et on récupère la tuile en conséquence.
L'évènement : i faut alors résoudre les évènements qui débutent par deux mois de repos. Ensuite viennent aléatoirement les impôts, la guerre avec les Mongols, la sécheresse, les épidémies et la fête du Dragon. Généralement, on perd des personnages si l'on ne résout pas correctement l'évènement.
Ensuite vient le décompte : chaque joueur reçoit un point par palais, un par courtisane et un par privilège.
La partie se termine à la fin du douzième tour et l'on effectue un nouveau décompte comprenant deux points par personnage possédé, des points en fonction des Buddhas placés dans les palais, et un point pour trois Yuans.


Un beau feu d'artifice pour la fête du Dragon

L'année du Dragon est un bon jeu où le hasard intervient peu. Il faut soit être riche pour pouvoir se placer là où quelqu'un a déjà mis son pion, ou bien être bien placé et jouer dans les premiers. La planification est primordiale et si vous vous plantez d'une année dans vos choix ou si un autre joueur vous a pris votre place, vous êtes grillé. Le jeu est plaisant et les stratégies sont multiples. Il agrémentera agréablement vos soirées. A avoir dans toute bonne ludothèque qui se respecte.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

Rubriques