Le championnat de France Yu-Gi-Oh! - Comment ça marche ? - Présentation au travers de l'édition 2011

Secrets et mystères de l'évènement carte et jeux vidéo. Pour tout comprendre, en détails, sur ce drôle de monde aussi sympathique que méconnu : horaires, prix, lots, arbitrage, durée, points faibles, richesses et participants de l'édition 2011.

Nous l'avons déjà dit sur Krinein, le championnat de France Yu-Gi-Oh! est un évènement peu connu et non médiatisé si ce n'est dans la presse ultra spécialisée réservée aux initiés. Mais celui-ci n'étant que le prolongement d'un excellent jeu de cartes, il nous paraît mériter quelques lignes, non pas sous forme de descriptif détaillé de matchs, mais par une présentation qui permettra d'ouvrir cet évènement un peu complexe à la compréhension de chacun.

Comme toute discipline de compétition, il n'est pas étonnant qu'existe un championnat de France, un championnat d'Europe et un championnat du monde. Pour Yu-Gi-Oh!, le système commence à bien se roder, à tel point que pour la première fois, Konami a décidé d'ouvrir la compétition à tout joueur, sans qualifications préalables, lesquelles n'étaient pas sans poser des problèmes matériels et pratiques, conduisant souvent à des absurdités. Ce choix a-t-il été judicieux ? Plutôt deux fois qu'une.

 

Le système : une organisation pointue


41 tables ? Non...
Se sont ainsi présentés à l'Espace Charenton (Paris 12ème) le samedi 14 mai 482 joueurs et joueuses (moins de 200 l'année dernière, sans commentaire). Pour gérer autant de monde, l'organisation est à la fois simple et rigoureuse.

Phase 1, de 9H30 à 11H30 : inscription avec sa carte Cossy PAF : 20 € sauf ceux qui ont obtenu, via un tournoi officiel, leur qualification gratuitement.

Phase 2, de 12H30 à 13H30 : attribution d'un numéro de table pour récupérer la liste de deck de chaque joueur (car il faut noter toutes les cartes de son jeu sur une feuille que les arbitres vérifieront une par une pendant que les matchs commenceront ; en cas d'irrégularité constatée sur la liste, le match en cours est automatiquement perdu, c'est un game lost dans le jargon).

Phase 3, de 13H30 à 23H : on joue les matchs. Vu le nombre important de duellistes, il a fallu découper la compétition en huit tours, appelés « rondes ». Chaque personne fait donc au moins huit matchs, et doit totaliser deux manches gagnantes pour obtenir la victoire. La durée maximum du match est de 40 minutes. Si le match n'est pas terminé au bout de ce temps, cinq tours additionnels sont joués. Celui qui a le plus de points de vie gagne à l'issue des cinq tours. Il peut donc y avoir égalité (draw). Les extra-time ont été assez fréquents, ce qui n'est pas étonnant vu le niveau de jeu, ainsi que les draw vu la disparition de la règle de la mort subite pendant l'extra-time depuis cette année. Chaque ronde dure de ce fait à peu près une heure.


200 de plus...
Concrètement, pour que chaque joueur connaisse sa place et son adversaire, la liste de chaque rencontre est affichée sur deux panneaux, par ordre alphabétique. En dix minutes à peu près, chacun trouve donc sa table et son adversaire. Les résultats sont validés sur une feuille signée par chaque joueur, par un arbitre qu'il faut appeler à l'issu du match. En cas de difficulté au cours du match sur l'interprétation d'un règle ou une irrégularité de jeu de la part d'un duelliste, l'arbitre peut bien sûr être appelé à tout moment.

 

Sachant qu'une victoire apporte 3 points, une égalité 1, et une défaite aucun, le classement provisoire s'établit sur le nombre de points. A l'issue des huit rondes le samedi, les 128 premiers sont qualifiés pour le dimanche, où les 64 premiers gagnent leur place pour le championnat d'Europe (sachant que certains étaient déjà qualifiés via d'autres compétitions qualificatives). Ce dimanche, se jouaient donc encore deux rondes puis on passait aux éliminations directes.

 


Table centrale d'arbitrage
Ce même dimanche, et parce que l'évènement n'est pas qu'une compétition élitiste, se jouaient d'autres tournois, des side events comme l'on dit. Le premier d'entre eux est le Dragon Duel, un championnat parallèle pour les moins de 13 ans, lesquels peuvent aussi tenter leur chance sur le championnat ordinaire, l'un n'empêchant pas l'autre du moment qu'on ait moins de 13 ans. Voilà une belle initiative que l'on saluera toujours : l'essence du jeu c'est l'enfance, et il est bon de voir qu'on sait lui conserver une place d'honneur. Début des rondes à 11H. Ils éaient 40 enfants à particper cette année. PAF : 5 €.

 

Le deuxième, c'est le championnat de France sous format jeux vidéo, la DS en l'occurrence (GBA avant 2007, 3DS probablement l'année prochaine), dont Krinein a déjà beaucoup parlé, donc nous n'y reviendrons pas trop. Il était très agréable de constater que ce ne sont pas moins de 60 joueurs qui se sont présentés sur ce side event alors que depuis quelques années, le nombre oscillait un peu piteusement entre 25 et 30. Le déroulement de ce championnat DS, depuis l'année dernière, sur le même week-end que le championnat IRL (in
La salle samedi 23H
real life
), depuis que la société Upper Deck a perdu son contrat de distribution avec Konami, a forcément popularisé la compétition qui a bien des avantages et offre une certaine justice financière sur l'accès aux cartes. Début des rondes à 13H. 5 rondes puis un top 4 ou 8, selon le cas, le temps qui reste, ou les points des joueurs. Ce dimanche, alors qu'un top 4 était prévu, l'importance du nombre de draw et l'égalité de points entre de trop nombreux joueurs a justifié un top 8. Belle souplesse de l'arbitrage, même si elle fut critiquée pas toujours à tort (débat complexe dans lequel il est inutile de rentrer ici). PAF : 5 €.

 

Le dernier, enfin, c'est le Win A Mat, « gagnez un tapis » (tapis de jeu = playmat). Konami propose à toute personne de s'inscrire à un mini-tournoi de 8 joueurs à élimination directe. Le premier gagne un tapis. Il y en a eu environ 5 et c'était l'occasion, pour ceux qui avaient été déçus par leur résultat la veille, de se consoler ou, pour les mordus, de jouer encore et encore. PAF : 5 €.

 

Fin de l'évènement global, vers 20H avec la finale IRL (dont le déroulement est contrôlé par deux arbitres et avec surveillance vidéo, pas moins) puis la finale DS.

 

Ce qu'on y aime


Samedi 11H, on se retrouve on parle, on joue
Soyons transparents et honnêtes avec nous-mêmes, le championnat de France Yu-Gi-Oh n'est pas parfait. Il y a toujours du retard, il fait chaud dans la salle, l'arbitrage n'est pas toujours complètement au point, il y a quelques tricheurs et un peu de vol. Cependant, ces imperfections sont de très loin contre-balancées par tous les aspects positifs. Outre les lots assez sympas (pochettes pour les 256 premiers, + tapis pour les 128, + boosters pour les 64 etc...), il y a d'autres gains, de grands bénéfices. Le premier d'entre eux, c'est la convivialité. Yu-Gi-Oh est un petit monde où les gens se connaissent et ont plaisir à se retrouver, à se donner des nouvelles. Les gens de Province, venus d'un peu partout en France, arrivent ensemble, ont voyagé ensemble et restent ensemble tout le week-end ; certaines équipes plus ou moins officielles sont même constituées. Les duellistes s'échangent ou même se prêtent des cartes, font des duels amicaux, y compris avec les vendeurs en boutique. Idem en championnat DS : « Ton adversaire a dropé [parti en cours de compétition], il n'a pas prévenu, il n'est pas là ; eh, moi non plus, tiens on se fait un match au lieu d'attendre bêtement ? ».

 


Le méritant gagnant du Dragon Duel
Le deuxième d'entre eux, et on l'a déjà évoqué, c'est l'ouverture du monde de Yu-Gi-Oh : tout un chacun y a accès et y vient, un grand monde dans un petit monde en somme : place est laissée aux jeunes comme on l'a vu ; les filles sont de moins en moins rares, signe le plus évocateur elles étaient assez nombreuses chez les jeunes (moins chez les adultes) ; les tranches d'âge vont facilement jusqu'à 40 ans ; on y vient même en famille : mère et fils, père et fils, frangins, etc... Il y avait en prime un espace VIP, pour les personnes à mobilité réduite : on y trouvait un duelliste en fauteuil roulant, une femme enceinte, et même un non-voyant (il jouait avec des pochettes en braille, et dites-vous bien qu'il était fort, il a fait J 2). Ces personnes bénéficiaient du privilège de ne pas être contraintes de consulter le panneau pour trouver leur table qui était toujours fixe. C'est pas beau ça ?

 

Le dernier, c'est bien sûr l'immense opportunité de duels, d'expérience et de progression que constitue une occasion comme celle-là. Les matchs sont intenses, bien souvent serrés, et de haut niveau. Chacun est à son maximum et
La boutique bien sûr, pas folle la guêpe...
il sublime un petit peu plus à chaque fois ses limites en termes de réflexion, stratégie, bluff et concentration. Huit matchs de 40 minutes voire plus si on tombe en extra-time, avec des adversaires qui se donnent à fond, c'est à vivre au moins une fois dans sa vie.

Ainsi, même si les considérations financières et l'esprit marchand de Konami sont tout à fait présents (notamment via le Win A Mat ou la boutique aux prix pas toujours attractifs), on sent bien qu'il y a plus dans Yu-Gi-Oh, qu'il y a aussi un cœur, une âme. Et c'est ça qu'on aime.

 


Le tapis de jeu gagné par les 128 premiers

Champion de France cartes : Alain LY
Champion de France – de 13 ans : Lilian PAMART (12 ans)
Champion de France DS : Jean-Christophe SERY.

Organisation et arbitrage : Société Abysscorp.

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • dark_magician

    18/05/2011 à 22h10

    Répondre

    Très bon article.
    quelques soucis sont intervenus pendant le championnat DS,l'organisation n'a pas été à la hauteur de l'évènement, gérer plusieurs tournois le dimanche n'est pas facile. N'est-il pas préférable de séparer le championnat de france DS du championnat irl? http://jeu-societe.krinein.com/cha ... 16055.html

  • Islara

    19/05/2011 à 10h26

    Répondre

    Si par "souci" tu entends la question du top 4/top 8, je ne vois pas en quoi mettre le championnat DS un autre jour évitera la survenue d'une telle difficulté.

    Laisser le championnat jeux vidéo le même jour que l'IRL, je trouve ça bcp mieux car :

    1) cela fait venir plus de monde, 25-30 personnes ça faisait un peu pitié quand même, ^^' là on était 60.

    2) cela rend ce tournoi plus accessible à ceux qui viennent de Province. C'est déjà assez injuste pour eux qu'ils doivent se déplacer chaque année à Paris, alors si en plus ils doivent se déplacer 2 fois, autant dire qu'ils ne viendront pas au championnat DS et celui-ci restera une compétition bas de gamme, égocentrique, et auto-centrée sur elle-même et le petit monde des Parisiens-Franciliens.

  • Anonyme

    28/12/2011 à 21h18

    Répondre

    comment on si inscrit?juste pour demander.

  • Anonyme

    13/04/2012 à 23h43

    Répondre

    quand se deroulera le championnat de france de yugioh pour etre sur

  • Islara

    14/04/2012 à 15h53

    Répondre

    Date du championnat de France Yu-Gi-Oh 2012 : 28 et 29 avril. Pas de qualification nécessaire, c'est ouvert à tous/toutes.

    Il y aura aussi le championnat des - 13 ans (Dragon Duel).

    Tout est ici : http://www.yugioh-card.com/fr/events/nationals2012.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

Rubriques