7/10

La course à L'Élysée

Les élections présidentielles sont un temps fort de la République Française, les dix candidats sont d'ailleurs aujourd'hui même déclarés, et le premier tour est dans un mois. Durant la période pré-électorale les auteurs de tous poils inondent le marché culturel : Livres, bandes-dessinées, et maintenant jeux de société. C'est dans cette optique que sort La Course à Élysée, un jeu d'ambiance mais sur un plateau. On peut rapidement le comparer à Petits Meurtres et Faits divers tant on y trouve quelques similitudes. Les auteurs sont ceux de la BD Quai d'Orsay.
Incarnez donc l'espace d'une partie Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, François Bayrou ou encore Nicolas Sarkozy et François Hollande au sein de leurs partis respectifs.


DR.
Une grosse boite et un plateau.

Bon, quand j'écris grosse boite, je me comprends, je veux dire qu'il n'est pas transportable dans une poche de jean, mais le format est plutôt celui d'un jeu de plateau de format moyen. Le graphisme de la boite ne m'éblouit pas franchement. Je pense qu'un auteur de BD aurait pu faire plus attirant.
Le plateau est un brin plus attrayant, mais quand même un peu vide. Les cartes sont austères, mais fonctionnelles. Je suis un peu déçu que le jeu soit présenté comme illustré par un auteur de BD et qu'on retrouve si peu d'illustrations.
Les règles du jeu sont claires, avec des petits encadrés expliquant le pourquoi du choix de tel ou tel mécanisme par rapport à la politique en général. Je trouve ça sympathique et rafraîchissant.
Je dirais qu'en quinze minutes, tout est acquis et on peut se lancer.


DR.
Mais comment se fait-on élire ?

Vous avez six partis aisément reconnaissables malgré l'absence de noms. Un parti orange « au miyeu » (Modem, non ?!) ou un autre rose avec une rose appelé social-démocrate (UMP ? PS ? Ah vi voila, PS), là aussi, pas de souci pour reconnaître ! Bref, il vous faut choisir ou tirer au sort votre parti. Je suis plus adepte du tirage au sort comme ça on dépassionne clairement le débat et on le prend pour ce qu'il est : un jeu.
Ensuite, à son tour, le joueur actif va devoir exécuter l'action de la marche sur laquelle il se trouve : soit un débat, soit une carte coulisse. Ces dernières sont soit des avantages pour soi, soit des petits croche-pieds pour les adversaires.
Concernant le débat, c'est là le cœur de la meule… euh du jeu. Le joueur actif choisi la personne avec qui il va débattre et pioche une carte débat. Les deux politiciens affutés doivent dès lors choisir parmi leurs trois cartes idées laquelle sera la plus adaptée pour le débat. Il leur faut dès lors glisser cette idée dans le temps imparti, ainsi que le slogan de leur parti politique. S'il y a manquement, c'est éliminatoire du débat. Sinon, les spectateurs votent pour celui qu'ils souhaitent voir gagner le débat.
Le vainqueur monte des marches, ainsi que celui dont la carte idée vainqueur représentait son parti.
Une fois que deux politiciens sont en haut des marches, on passe au deuxième tour.
Là, il n'y a plus qu'un débat. Le favori va alors choisir parmi trois cartes débat celle qui verra l'affrontement s'opérer. Puis il doit utiliser deux cartes idées. Ce sera le même sort pour le challenger, sauf que ce dernier aura eu le droit de piocher deux cartes idées supplémentaires pour s'adapter.
Et là, le vote final a lieu et le président est élu !


DR.
Françaises, français, vous m'avez élu…

La Course à Élysée est un bon jeu d'ambiance dans la veine d'un Petits Meurtres et Faits divers, qui, même s'il n'a pas la profondeur de son grand cousin est tout de même fort plaisant.
Pour s'éclater à fond dans le jeu, il ne faut surtout pas être en présence de joueurs timorés, sinon, c'est un vrai calvaire pour eux. Mais c'est le lot des jeux de ce type. Attention aussi à prendre du recul vis-à-vis de vos opinions politiques, ce n'est qu'un jeu. Pour ma part, je préfère même incarner un candidat très éloigné de mes convictions, c'est bien plus amusant à mon goût, même si d'autres ne peuvent absolument pas et ont un blocage à ce niveau.
Cependant, on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui. Choisissez bien vos camarades de jeu !
J'ajouterais aussi que les mécanismes sont accessoires, et d'ailleurs quelque peu imparfaits à mon goût, surtout le système de votes qui peut amener à quelques incohérences que l'on peut justifier par des manœuvres politiciennes, mais qui au final ne récompensent pas forcément le « meilleur » orateur. Vaut-il mieux voter pour celui qui porte une idée qui me semble appartenir à mon parti ou bien voter pour le plus faible dans la course ?
Mais l'essentiel réside dans l'ambiance qu'il crée et aussi dans une moindre mesure dans la pédagogie qui permet de comprendre pourquoi certains candidats sont amenés à parler de sujets qui ne les intéressent pas particulièrement.
Hélas, je pense qu'une fois l'élection présidentielle passée, l'intérêt du jeu ira en s'estompant. C'est donc, pour moi, un jeu complètement d'actualité, qui vous éclatera six mois puis ressortira périodiquement aux élections.

A découvrir

The city en boutique

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • nazonfly

    20/03/2012 à 15h47

    Répondre

    J'adore le titre de l'article.
    Six partis seulement ? J'imagine qu'il n'y a pas de Chasse, Pêche, Nature et Tradition. Snif quand même.http://jeux-societe.krinein.com/-24843/ ... 18461.html

  • Maat

    20/03/2012 à 15h54

    Répondre

    Clair que j'aurais bien aimé jouer le chasseur de galinette

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

Rubriques