7/10

Horreur à Arkham : Le Roi en Jaune : Extension

Le Roi en Jaune augmente sensiblement la difficulté des parties : alliés corrompus, échelle de terreur remplie plus vite et arrivée du Grand Ancien plus rapide. Un bon challenge pour des investigateurs chevronnés.

Pour sa troisième extension, Edge Entertainment nous gratifie d'une « petite » extension (au même titre que La Malédiction du Pharaon Noir et contrairement à L'Horreur de Dunwich). Petite par sa taille et son contenu : seulement des cartes. Pas de nouveaux plateaux, ni de nouveaux héros (mais un nouveau Héraut, nouveauté sur laquelle nous reviendrons), ni de changements de règles transcendants. Si peu de nouveautés valent-elles alors le coup d'un tel investissement ? Et bien vous savez que le ville d'Arkham est un peu mystique et donc qu'une « petite » boîte peut quand même révéler bien des choses et des mystères...

Tout d'abord un petit point culture s'impose (On est sur Krinein quand même : un peu de connaissances générales ne fait pas de mal !). Le Roi en jaune est à l'origine un recueil de nouvelles fantastiques de Robert W. Chambers publié en 1895. Ces récits sont parmi les premiers exemples du fantastique moderne et la couleur jaune symbolisait alors la décadence, les maladies et plus particulièrement celles liées aux troubles psychiatriques. Les quatre premières nouvelles du recueil font référence à une mystérieuse pièce de théâtre en deux actes dont le titre, Le Roi en jaune, donne son nom à l'ensemble de l'ouvrage. H. P. Lovecraft a probablement lu Le Roi en Jaune et a inclus de courtes références à des objets et des lieux tirés de ces nouvelles (telles que le Lac de Hali et le Signe Jaune ). Le Roi en jaune est alors un avatar d'Hastur qui utilise la pièce éponyme pour répandre la folie parmi l'humanité. Il est décrit comme un personnage voûté, vêtu de haillons jaunes, et portant le Masque Pâle, blanc et inexpressif. Le visage du roi dépourvu de masque est une vision d'horreur, capable de briser la raison. Ce visage est décrit ainsi : « Des yeux inhumains au milieu d'un océan suppurant d'orifices, comme des bouts d'asticots, chair en déliquescence, tuméfiée et glaciale, fluide, constamment se reformant ». Tout un programme... !

Un des nouveaux sorts
Un des nouveaux sorts
La minute culturelle étant terminée, passons au jeu en lui-même. Mais avant d'aller plus avant, précisons tout de même qu'il existe deux manières de jouer. Le mode représentation permanente qui est le moins intéressant à mon sens puisqu'il ne consiste qu'à ajouter les nouvelles cartes (près de 160) sorts, objets communs et magiques, mythe, portail et lieu aux paquets déjà existants et donc à les diluer dans la masse. Vous augmenterez donc certes le nombre de cartes de vos paquets de base mais l'extension perdra indubitablement de sa saveur et de son ambiance. Le mode représentation itinérante quant à lui vous propose de mettre toutes les nouvelles cartes sur leurs paquets respectifs. De ce fait, vous ne jouerez quasiment qu'avec toutes les nouvelles cartes ce qui accentuera nettement la difficulté (nous y reviendrons aussi par la suite) mais qui renforcera également l'immersion sur le pitch de départ à savoir les étranges évènements entourant l'arrivée de la pièce de théâtre à Arkham.

Côté jeu : un constat s'imposera dès votre première partie avec cette extension ; la difficulté à été nettement revue à la hausse et cela grâce à deux différents mécanismes : les Actes et le Héraut.

Le Héraut Roi en Jaune
Le Héraut Roi en Jaune
Toute bonne pièce qui se respecte possède plusieurs actes et lorsque le rideau tombe à la fin du dernier acte, la représentation se termine. C'est ce qu'il se passe ici aussi. Certaines cartes mythe ne font pas apparaître de portails mais font défiler les différents actes de la pièce. Et une fois arrivé au dernier acte, vous avez perdu la parti... tout simplement ! Alors bien sur, vous pouvez « empêcher » un acte de se poursuivre en faisant certaines actions, mais ces actions sont très chères payées (ajouter deux points sur l'échelle du destin ou bien enlever deux signes des anciens du plateau de jeu).

Le seul nouveau monstre de la boîte
Le seul nouveau monstre de la boîte
La deuxième chose qui augmente la difficulté du jeu c'est le Héraut : l'adjoint du Grand Ancien si vous préférez. Hé oui, se coltiner Ithaqua ou Cthulu tout seul c'était devenu une promenade de santé pour vous, alors maintenant il faudra lui adjoindre son second : Le Roi en Jaune qui va pourrir votre partie jusqu'à l'affrontement avec le Grand Ancien. En effet les pouvoirs du Roi en Jaune se manifestent à partir du moment où le niveau de terreur augmente (c'est-à-dire assez fréquemment). Dès lors deux choix possibles : soit on place un pion supplémentaire sur l'échelle du destin. Soit on pioche une carte « alliés ». Choix facile me direz vous. Sauf que là les alliés ont été frappés par la folie du Roi en Jaune et vous apportent de nombreux malus au lieu des bonus tant attendus. Quelques exemples : Oliver Thomas vous fera dépenser un pion indice supplémentaire pour sceller les portails. Miriam Beecher augmentera le coût en santé mental des sorts de un et enfin Joey le Rat (le pire de tous à mon sens) augmentera le nombre de succès d'un pour retirer les pions destin lors de l'affrontement final avec le Grand Ancien.

Quelques nouveaux objets uniques
Quelques nouveaux objets uniques
Les parties vont donc être nettement plus difficiles à gagner pour les investigateurs. L'échelle de terreur à tendance à se remplir plus vite entraînant les effets du Roi en Jaune en plus des fermetures de lieux et de la fuite des alliés. Mais surtout les parties sont considérablement accélérées : le Grand Ancien pourra apparaître très tôt (à partir d'une dizaine de tour si vous avez vraiment la poisse) via les Actes ou bien toujours grâce à son Héraut (qui remplit tout à fait son rôle de catalyseur). Je vous conseille donc de jouer avec un Grand Ancien assez long à faire venir si vous voulez profitez un peu de la partie et si vous voulez avoir le temps de vous équipez un minimum. Attention cette hausse de difficulté dans la partie en elle même n'affectera pas votre combat contre le Grand Ancien : ses caractéristiques restent les mêmes.

Les alliés corrompus
Les alliés corrompus
On le voit donc bien. Avec cette extension, Edge a décidé d'élever sensiblement le niveau de difficulté du jeu de base et c'est pour cette raison que cette extension est plutôt réservée à des joueurs ayant un certain nombre de parties à leur actif surtout en jouant en mode Représentation itinérante. Néanmoins, il était tout de même à noter que cette extension relève plus d'un rééquilibrage des parties que d'un challenge insurmontable. En effet, les parties du jeu de base pouvaient sembler à la longue un peu trop faciles pour les joueurs aguerris et cette extension offrira un bon challenge à ceux qui désiraient un peu de nouveautés.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

    Rubriques