8/10

Kingsburg

Voici un jeu qui mêle agréablement stratégie et hasard. Kingsburg est un jeu simple et agréable.

Kingsburg vous permet d'endosser le rôle d'un seigneur qui se voit attribuer par son roi la lourde tâche de prendre soin de ses terres, en concurrence avec les autres joueurs. Chaque participant se verra attribuer un lopin de terre qu'il devra développer au mieux, et protéger contre les hordes de monstres qui se bousculent aux frontières du royaume.

La partie dure cinq années, découpées en saisons et intersaisons. Trois de ces saisons servent à améliorer son territoire grâce aux appuis des conseillers du roi, la dernière, l'hiver, étant l'époque des tentatives d'invasions de monstres. Au bout de cinq ans, le joueur avec le plus de points de victoire est déclaré vainqueur.


Principe de jeu


Le principe du jeu fait un peu penser à Caylus sans toutefois en être totalement inspiré. A chaque saison de production, chaque joueur jette trois dés. Avec ces dés, en utilisant leurs sommes ou séparés, il pourra influencer les conseillers du roi (et même le roi lui-même sur un triple six), numérotés de 1 à 18, et récupérer suivant le conseiller choisi différentes ressources (bois, or, pierre, soldats pour défendre son territoire, points de victoire etc.).

kingsburgback_250
Plateau de jeu
Ensuite, grâce aux ressources récupérées grâce à ces conseillers, les joueurs vont investir dans leurs territoires respectifs et construire des bâtiments qui leur apporteront divers avantages (dés bonus, avantages au combat ou pour recruter des soldats etc.) De plus, construire un édifice permet d'engranger quelques points de victoire supplémentaires. Chaque construction appartient à une des cinq familles de bâtiment et il faudra posséder le bâtiment précédent de la famille pour pouvoir construire le suivant (comme les améliorations de bâtiments que connaissent bien les joueurs de jeux vidéo de stratégie comme Warcraft).

Dernière étape d'une année, la venue de l'hiver et de ses cohortes d'envahisseurs. Pour les joueurs débutants, ils ne sont pas bien méchants : étant donné qu'ils sont la seule véritable source de menace, on a tendance au début à investir largement trop dans les défenses de son territoire. Avec plus d'expérience, on aura à l'inverse tendance à ne pas trop dépenser de ressources dans ce secteur, pour finir par voir un de ses bâtiments rasé par une horde de gobelins.

Verdict

Au final Kingsburg n'est ni un jeu collaboratif, ni un jeu où les joueurs ont toute latitude pour se mettre des bâtons dans les roues : le hasard y est prépondérant. On se retrouve à jouer chacun un peu dans son coin, en regardant juste les dés des autres joueurs pour ne pas se retrouver coincé au moment d'influencer les conseillers du roi.

Malgré ces limitations, Kingsburg est loin d'être un jeu décevant ou ennuyeux. On s'amuse bien, le matériel est de très bonne facture, et c'est au final un jeu qu'on peut recommander à ceux qui cherchent un jeu pour s'initier aux jeux de plateau.

A découvrir

Rondins des bois (Les)

Partager cet article
A voir

Moai

A propos de l'auteur

    10 commentaires

    • Guillaume

      06/04/2008 à 21h29

      Répondre

      Tout à fait d'accord ! Sans être le jeu du siècle on se distrait énormément à ce jeu, et on se refait quelques parties sans rechigner

    • Anonyme

      09/04/2008 à 23h00

      Répondre

      "le hasard y est prépondérant"


       


      Dommage, cette phrase discrédite à mes yeux tout le reste de ta critique.


      Confondre hasard et bluff ou hasard et adaptation ou encore hasard et prise de risque est un écueil qui finit par m'agacer... 

    • Aen

      09/04/2008 à 23h19

      Répondre

      Honnêtement, j'aime beaucoup ce jeu et je ne pense pas avoir été médisant à son propos. Après plusieurs parties, même s'il m'amuse toujours autant, je maintiens que le hasard y a une part très importante. On peut certes se permettre un minimum de bluff, encore faut-il obtenir des résultats de dés communs avec d'autres joueurs. Quant à la prise de risque, elle est réellement minimale et on ne se retrouve pour ainsi dire jamais totalement coincé par un autre joueur (ou alors, on ne perdra pas grand chose).


      Donc je maintiens mon avis, n'en déplaise à ceux qui croient que hasard et absence d'intérêt sont synonymes. Ce serait me faire dire ce que je n'ai pas dit. J'aime Kingsburg, et le hasard y est prépondérant.


      Après, chacun son avis.

    • Anonyme

      10/04/2008 à 07h22

      Répondre

      Va t'on avoir droit à un débat ?


      Pourquoi me faire dire ce que je n'ai pas dit ?


      Je ne fais pas l'amalgame entre hasard et absence d'intérêt; je n'est ni relever cette phrase ni dit quoi que ce soit pouvant penser que je parlais du sujet.


      Mais le problème est que certains pensent que dès qu'un des mécanismes d'un jeu consiste à lancer des pelletés de dés, on a forcemment la chance qui joue un rôle prépondérant.


      A Kingsburg, le hasard est très minime, monsieur.


      Vous trouvez ne pas pouvoir beaucoup bloquer ?   Quand on lit votre critique et qu'on comprend que les bâtiments permettant de vous donner un +/- 1 et des +2 sont systématiquement prit, alors forcemment on ne peut que diffcilement être bloqué.


      Mais choisir ces constructions là n'est qu'un choix tactique et sans elle, oui, on peut faire de vilaines choses à ses adversaires. (par contre le bâtiment +2 est selon moi l'un des deux premiers à construire...)


      Le bluff se retrouve quand au fait des choix que l'on va faire après avoir pris connaissance de la carte "armée" : les autres joueurs ont alors tendances à ne s'armer que si vous le faites...


      De même la prise de risque, là où vous restez bloqué sur vos jets de dés, ce qui montre bien que ces derniers ont du mal à sortir de votre tête (je comprends alors que vous parliez de hasard prépndérant), la prise de risque donc, se situe dans le choix des constructions par rapport à un hiver arrivant, au fait de ne pas sacrifier des matériaux pour consolider ses armées etc etc...


       


      Alors oui, vous avez aimé le jeu. Tant mieux. Moi aussi d'ailleurs.


      Mais parler de "hasard prépondérant" dans un jeu de gestion (bien entendu plus léger que "Caylus" auquel vous faites allusion; mais bon, si on compare à Caylus, sûr qu'il y a vachement de hasard...) dans lequel vous pouvez, par exemple, jouer à chaque partie une même tactique (malgré vos jets de dés, qui ne conditionnent en rien le vainqueur) et dire ça comme s'il s'agissait d'une vérité absolue, bah ça me fait réagir.


      Ajoutez un petit "selon moi et contrairement à d'autres" et ça passera mieux 


       


      Sinon, sachez que si je réagis à votre article, c'est parce que je l'ai lu.


      Ca aussi, c'est une des rançons de la gloire (et félicitation pour votre site) 


       

    • Aen

      10/04/2008 à 09h56

      Répondre

      Je ne pense pas qu'il y ait de quoi faire un débat et mes expériences du jeu contredisent ce que vous racontez. 


      Donc : "selon moi et contrairement à d'autres", je considère que le hasard a une part importante dans Kingsburg, malgré les mécanismes de jeu dont vous faites mention qui visent à en limiter l'influence.


      Sur ce, je ne pense pas qu'il soit utile d'en rajouter, les joueurs (et j'encourage encore une fois les gens à jouer à Kingsburg) se feront leur propre avis, et vive la diversité d'opinion.

    • Guillaume

      10/04/2008 à 10h44

      Répondre

      Quand même, le jeu a beaucoup de hasard. Si on fait 3x6 en continu, on a beaucoup plus de chances de gagner, même en étant un mauvais joueur, qu'en faisant 3x1 à chaque lancer ^^ Le fait qu'un mauvais joueur puisse en vaincre un meilleur grâce à des lancers chanceux, ça met un peu en veilleuse l'aspect stratégique d'après moi.


      Mais comme statistiquement ça n'arrive jamais, on s'en moque un peu ^^ Finalement, la qualité du jeu c'est qu'il incite à s'adapter au hasard généré par les dés, plutôt que d'attendre les bons lancers ; il fait davantage appel à la tactique qu'à la stratégie.

    • Anonyme

      10/04/2008 à 20h34

      Répondre

      J'ai joué bon nombre de parties de ce jeu, qui me réussi bien car je les ai toutes remportées.


      Tout ça pour vous dire que j'ai aussi de bonnes expériences du jeu.


      De plus, j'ai plus souvent fait de petits que de grands lancés et je pense que chaque lancé se vaut, qu'il s'agisse d'un petit ou un grand.


      Ya que les doubles ou les triples qui font mal...


      Ne pas débattre sur votre site ?


      Ok, mais pourquoi proposer alors qu'on puisse y poster ?


      Légèrement déçu.


      Je vous laisse donc sur votre impression de hasard en continuant de penser que vous n'utiliser pas le bon terme, mais bon... 

    • Aen

      10/04/2008 à 21h26

      Répondre

      Non non, nous ne sommes pas contre le débat. C'est simplement que je n'en vois pas l'intérêt personnellement sur ce point.


      Quiconque veut débattre est le bienvenue sur Krinein, s'il trouve quelqu'un pour débattre avec lui.

    • Anonyme

      23/03/2009 à 17h29

      Répondre

      salut!!!


      c t pour savoir si certains avait une tactique qui marchait super bien pour kingsburg???,


       

    • Anonyme

      04/12/2009 à 12h55

      Répondre

      Je n'irais pas jusqu'à dire que le jeux est nul mais c'est le plus mauvais des 11 que j'ai. Il est très limité et les parties se ressemblent beaucoup après la 3e fois. Le seul avantage que je lui trouve est qu'il est très simple à comprendre pour les nouveaux joueurs... Pour moi, oui la stratégie est minime et oui la chance y est importante mais ce n'est que mon point de vue.


      Bon jeu à tous

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

    Rubriques