8.5/10

Majesty, une couronne pour un royaume, de Marc André

Un jeu de plateau au style soigné, facile d'apprentissage, parfait pour débutants et chevronnés.

Majesty est un jeu qui se situe dans une ambiance moyenâgeuse où nous sommes invités à faire prospérer nos habitants dans des bâtiments qui possèdent des pouvoirs, pour naturellement, obtenir le plus de richesse possible (et combattre ses adversaires, logique !). On retrouve vite la patte de Marc André, à qui on doit le très réussi Splendor.

Chaque joueur reçoit au début une série de 8 cartes, qui représentent son royaume (même série pour tous les joueurs) : une brasserie, un moulin, une tour de guet,...qu'il s'agira de peupler.

Au milieu, un pool de 6 cartes, qui désignent les habitants du royaume (un brasseur, un herboriste, une meunière...). On peut les prendre en payant des meeples. Chaque personnage possède naturellement des pouvoirs différents (rapporter des pièces, des meeples, déclencher des combats). Et il faut savoir que certains pouvoirs affectent aussi les adversaires. En mal (en les combattant par exemple) ou en bien (si les adversaires détiennent des cartes particulières, ils recevront de l'argent de notre part...méfiance, donc!).

Le jeu se déroule en 12 tours, le but étant d'être celui qui a le plus de ressources à la fin.


DR.

 

Pour cela, plusieurs stratégies s'offrent aux joueurs : miser sur la diversité des bâtiments (ce qui rapporte le nombre de bâtiments au carré soit 49 points pour une ligne complète! mais très dure à obtenir) ou bien sur l'occupation de chaque bâtiment (le plus grand nombre de brasseurs rapporte 11 points), entre autres...

Cette durée nous apparaît bien dosée pour à la fois avoir le temps de construire et ne pas se lasser du côté un peu répétitif de la pioche. La simplicité du fonctionnement et la rapidité du jeu favorisent le rejeu.

Majesty nous apparaît comme un jeu équilibré entre hasard (le pool de cartes) et stratégie : quelle carte choisir ? En la prenant ne vais-je pas aider non plus l'adversaire ?....Et surtout, il est facile d'accès : la règle du jeu est très claire, parsemée de nombreux exemples et cas pratiques. On sent que Marc André cherche à toucher un public qui désire découvrir le jeu de plateau mais qui a peur de sa complexité, sans toutefois tomber dans la facilité. Lorsqu'on joue entre joueurs un peu plus chevronnés, Majesty offre une réelle place à la stratégie et la fourberie.


DR.

 

En outre, les cartes bâtiments sont à double face et offrent ainsi une palette plus large de combinaisons de jeux, pour limiter tout effet mécanique ou répétitif. Le mélange des deux faces est donc bien pensé, une extension du jeu offerte en somme. Et nous ne pouvons que souligner également le soin apporté à l'illustration des cartes réalisée par Anne Heidseck.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

Rubriques