8.5/10

Othello

Dans le domaine des jeux techniques à portée universelle, il y a les échecsla belotte, et puis... bah, Othello. Cette vision quelque peu réductrice de l'univers ne représente qu'un avis exhaustif parmi tant d'autres. Nul besoin de tergiverser, et parlons plutôt de ce jeu magique qu'est Othello, un vrai bonheur pour les petits tacticiens que vous êtes.

Une règle du jeu fort simple : 64 pions noirs au recto et blancs au verso sur un échiquier de 8 cases sur 8, et deux cerveaux sont tout ce qu'il vous faudra pour vous y essayer. Le jeu commence avec 4 pions au milieu, 2 noirs et 2 blancs en diagonale. Les joueurs remplissent l'échiquier tour à tour, chaque pion entouré par une autre couleur devant se retourner. Bien entendu, celui avec le plus de pions de sa couleur a gagné. Il vous est possible de retourner plusieurs pions à la fois, bien entendu, mais vous êtes obligés d'en retourner au moins un.

Une règle du jeu très simple, presque bête, pour une stratégie de jeu quasi infinie. Les parties ne sont pas aussi longues qu'aux échecs, et le but étant de conquérir, et surtout (surtout !) garder ce territoire conquis sur cette durée de 30 tours nécessaire à remplir l'échiquier. Les coups qui retournent des pions en folie sont souvent vicieux, car vous vous rendrez vite compte qu'ils ouvrent souvent l'opportunité à votre valeureux adversaire d'en faire autant. Tactique et reflexion sont donc bien de rigueur pour faire en sorte de vous ouvrir de nouvelle possibilités pendant que l'autre galère dans la semoule. Seulement, plus on a de pions, plus ce dernier aura d'occasions d'en retourner (simple calcul statistique). Les batailles les plus subtiles se jouent donc dans le choix des cases et il est rarement facile de dire qui est le vainqueur avant d'avoir posé tous les pions et compté (à moins, bien sûr que vous ne torchiez votre adversaire 60 à 4).

On ne parlera jamais assez de l'importance des coins, seul endroit où votre pion ne pourra jamais être entouré, donc retourné. A partir d'un coin, vous pourrez conquérir toutes les lignes extérieures et les diagonales, pour ensuite enchaîner plus facilement avec l'intérieur, puis infliger une lourde et humiliante défaite à votre adversaire (le comble de la honte étant de ne plus avoir de pions de sa propre couleur avant la fin de la partie, phénomène extrêmement rare, rassurez-vous). Seulement, se concentrer sur les coins serait une lourde erreur tactique, l'adversaire pouvant très bien décider de ne jouer que dans le centre, rendant la partie extrêmement délicate, car les retournements de situation y sont fréquents, et un pion mal placé peut y coûter très cher.

La seule manière de vaincre, dans Othello, est, comme aux échecs, d'avoir ‘une vision globale de l'échiquier'. Garder à l'esprit des buts ambitieux tout en ayant à l'oeil le petit gars en face et ce qu'il mijote, réussir à anticiper ses coups, et comble de la classe, réussir à adapter ses objectifs en fonction des siens. Il n'y a pas de vraie victoire facile à Othello, et vous ne tirerez aucun plaisir à éclater un débutant, du moins par rapport au plaisir de se trouver face à un adversaire qui stimule votre créativité et vous pousse à varier votre jeu. A ce niveau, les échecs restent le meilleur loisir, à nouveau à cause de la relative courte durée des parties à Othello. Néanmoins, rien ne vous empêche de jouer plusieurs parties, il est vrai.

Othello est un jeu très simple à maîtriser, ce qui fait que n'importe qui peut rapidement devenir un bon joueur, et c'est avec une certaine tristesse que j'avoue que ma soeur de 12 ans me bat régulièrement (mais moi de même, donc ça se vaut). Tout ça pour dire que c'est réellement un jeu pour toute la famille que nous avons ici, et un de qualité et franchement constructif, ce qui n'est pas banal. On pourra toujours s'amuser à varier les plaisirs en modifiant la règle du jeu : il s'agit alors d'avoir le moins de pions de sa propre couleur. La stratégie varie alors radicalement et offre de nouvelles possibilités à un jeu que je n'ai personnellement pas encore fini de découvrir, après nombres d'années dessus !

A découvrir

Banzaï !

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • schiste

    19/10/2005 à 02h23

    Répondre

    Le Othello est sans conteste une variante simplifié du Go... je sent les gens bondir

    Mais le principe et le meme empecher aux pions de "vivre" en les entourants... le plateau de Go est plus large les regles différentes... mais le principe de jeux est le même... savoir doser son jeu entre agréssivité et protection de ses territoires.

    Othello est un jeu, non pas de la française des jeux, qui nécessite prévoyance, confiance, innovation et ruse...

    Jouez bien

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

Rubriques