7/10

Toledo 1085

Quand on choisit un jeu, certains aiment un thème fort. J'en fais partie, et Toledo 1085 accompagne pleinement son thème. Un jeu d'enchères permettant aux nobles de gagner du prestige auprès du Roi en essayant d'allier les trois religions dans tous les domaines d'influence. Plus l'homogénéité de vos religions sera grande, plus vous marquerez de points.

Toledo, c'est le nom d'une voiture, mais surtout d'une ville. Cela nous évoque l'Espagne, et, pour ceux s'intéressant quelque peu à l'histoire de notre vieille Europe, une période fort riche en foisonnement culturel. C'est une ville symbole de la symbiose culturelle entre les trois grandes religions de l'époque. Et c'est dans ce contexte que l'on retrouve ce petit jeu de cartes édité chez Edge qui prend en compte tout cet historique dont je suis particulièrement fan, et que vous pourriez retrouver en littérature dans un roman d'un de mes auteurs favoris : GG Kay, à savoir Les lions d'Al Rassan. Parlons du jeu maintenant !


DR.
Une boite très sobre

En effet, la boite de Toledo 1085 présente une illustration que l'on pourrait qualifier de médiévale mais pas forcément au gout de tout le monde, mais moi j'aime bien !
Les illustrations des cartes sont toutes aussi sobres mais plus agréables à regarder pour le commun des mortels. On regrettera peut-être que les cartes domaines d'influence ne se distinguent pas plus, mais cela aurait fait trop d'illustrations pour un petit jeu.
En sus de ces cartes, se trouvent dans la boite un certain nombre de jetons cuivre argent et or.


Des règles relativement simples mais…

Il s'agit d'un jeu d'enchères. Le principe est donc connu de tous. Evidemment, il y a quelques subtilités apportées pour que le jeu soit original. Vous imaginez bien !

Un tour de jeu débute par la distribution de dinars. Chacun reçoit du Roi la même somme. Un dinar d'or, deux d'argent et trois de cuivre. Vous verrez pourquoi c'est important.
Ensuite, on place les cartes de la proposition du Roi, c'est-à-dire que l'on met, face visible autant de cartes qu'il y a de joueurs plus une. Et là intervient une des subtilités du jeu : La Noblesse (les joueurs) vont devoir piocher deux cartes, et en garder une qu'ils placeront face cachée dans l'ordre du tour de jeu à la suite des propositions du Roi. (Règle différente à deux joueurs)
Vient ensuite la phase de mise aux enchères, dans l'ordre des cartes en commençant par les propositions du Roi. Puis on découvre au fur et à mesure des achats les cartes face cachée.
Pour payer une carte, que ce soit pour l'un ou l'autre type de cartes, on ne peut enchérir que du même type de dinars que le premier enchérisseur. C'est-à-dire que si une enchère se déroule en Or, il faudra surenchérir en or. On peut évidemment faire la monnaie mais attention à vos calculs !
Evidemment, le plus fort enchérisseur emporte la carte et la place devant lui.
Il faut savoir qu'il y a des cartes spéciales qui permettent des effets forts sympathiques : Gredin, Bouffon du Roi, Héraut Royal, Prêteur sur gages et Monnaie Royale. Je vous épargne les détails, mais on peut voler, ou transformer des dinars, etc.
Restent les cartes « classiques », qui n'ont pas d'effets, mais qui permettent de rapporter des points (les spéciales aussi).  On doit alors les placer de manière à avoir si possible tous les domaines d'influence (Religion, science, commerce et culture). Pour marquer un maximum de points, il faut combiner efficacement les différentes religions (si l'on parvient à avoir les trois religions sur les domaines d'influence, on a un bonus).

Quand un joueur a terminé ses quatre domaines d'influence (un domaine terminé est un domaine qui rapporte plus de 10 Points de Prestige), on fini le tour et la partie s'achève. On décompte alors les points.


DR.
De bonnes séquences d'enfumage

Qui dit jeu d'enchères, dit que l'on peut bloquer ses camarades. Combien de fois j'avais un plan en tête et mes dinars déjà virtuellement dépensés, qui, par l'acharnement incohérent (à mon sens, hein, pas au sien) d'un autre joueur, a du être totalement repensé ?
Les cartes appelées communes dans le jeu mais que je nomme « spéciales » sont d'un intérêt immense, et il ne faut pas les négliger.
Pour parvenir à la victoire, il faut non seulement penser à sa tactique, mais s'adapter aux autres et jouer les opportunistes. Comme dans tout jeu d'enchères, il ne faut pas s'enflammer trop non plus pour l'achat.
Toledo 1085 ne renouvelle pas forcément les jeux d'enchères mais il est bien sympathique tout de même par ses quelques mécanismes originaux. Et, pour ma part, j'adore le thème : le fait de devoir composer entre les différentes religions pour l'emporter. Mais il est à craindre qu'au milieu de toute la production ludique, il ne trouve son public que parmi les aficionados de cette période de l'histoire…
Un léger bémol cependant, la lecture des règles est assez délicate, il faut s'y prendre à plusieurs fois pour bien tout comprendre, ce qui, pour un petit jeu tel que celui-ci peut se révéler dérangeant, mais c'est compensé par un matériel de très bonne facture.


A découvrir

Deadwood

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Le jeu de société est une activité sociale que l'on adore ! Sur Krinein jeux de société, les jeux de plateaux, les jeux de cartes, les jeux de placements, etc. sont passés au crible. Et tout ça avec le plaisir de jouer en tête.

Rubriques