A DECOUVRIR
10/10

Trône de Fer (Le)

Le Trône de fer est l'adaptation en jeu de plateau du cycle médiéval fantastique éponyme écrit par George R. R. Martin. Et ce jeu est l'un des joyaux de l'éditeur Ubik.

D'entrée de jeu, la boîte séduit : un gros carton bien lourd, plein de promesses, orné d'une illustration plutôt sympathique. Après ouverture, il s'avère que nos attentes esthétiques sont comblées : un grand plateau de jeu au carton épais et donc solide (important pour ce genre de jeu) qui représente joliment le monde de Westeros, de nombreux jetons aux formes et couleurs diverses mais toujours élégants, de nombreux pions en bois de toutes les couleurs, des cartes illustrées de toute beauté. Sans parler du livre de règles qui est une réussite autant dans sa mise en page que dans les explications présentes, agrémentées comme il se doit d'exemples parlants.


Après une bonne heure de lecture des règles, qui sont complexes mais tout à fait claires, installation de la partie et jeu. Et là, on prend réellement plaisir à jouer. Le but du jeu est simple : conquérir un certain nombre des cités et des forteresses présentes sur la carte avant la fin de la partie.

Autant le dire tout de suite : le Trône de Fer est avant tout un jeu où on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a, et non pas ce qu'on veut tout court. De nombreux facteurs sont pris en compte : le ravitaillement des unités, les tailles des armées limitées, les types d'unités (fantassins, chevaliers, navires) limités, le recrutement qui ne se déroule qu'à certaines phases, les pions d'ordres, limités en nombre tout comme les héros qui peuvent influencer les combats. On se met donc à optimiser au maximum ce que l'on possède, ce qui permet un simple jeu d'accumulation d'unités pour aller raser tout ce qui se trouve autour.

Outre l'aspect déplacement / combat, il y a également la gestion des ressources qui est importante. Les territoires présents sur la carte peuvent générer différentes ressources (recrutement, approvisionnement, pouvoir) et sont donc plus ou moins intéressants suivant l'objectif à moyen terme. On note également les points de pouvoir, qu'on acquiert par les territoires et des situations particulières, permettent de participer à des enchères qui changent la position politique, stratégique et militaire et influencent largement l'équilibre des forces.

Enfin, sachez que les tours d'une partie de Trône de Fer ne se ressemblent pas. Au début de chaque tour, trois cartes sont retournées, avec des effets particuliers pour chacune (impossibilité d'utiliser telle unité pour telle action, mise en place d'enchères, attaques des Sauvageons, solidification du pouvoir, etc.)

Au final, on se retrouve avec un excellent jeu, le meilleur que j'ai pu tester depuis longtemps. La réputation du Trône de Fer auprès des joueurs chevronnés n'est donc, à mon avis, pas usurpée pour un sou. Les parties sont longues, jouissives, pleines de calculs et de trahisons, et conduisent bien souvent à un bilan personnel sur la stratégie adoptée et le moyen d'optimiser encore plus ses actions. On en redemande !

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Rubriques